Jean Thiriart: prophète et militant

«J’écris pour une espèce d’hommes qui n’existe pas encore, pour les Seigneurs de la Terre…»

(F. Nietzsche, La Volonté de puissance).

La disparition soudaine de Jean Thiriart a été pour nous comme un coup de tonnerre dans un ciel serein, pour nous, militants européens qui, au cours de plusieurs décennies successives, ont appris à apprécier ce penseur de l’action, surtout depuis son retour à la politique active, après bon nombre d’années d’«exil intérieur» où il a médité et reformulé ses positions antérieures.

A plus forte raison, sa mort nous a surpris, nous, ses amis italiens qui l’avions connu personnellement lors de son voyage à Moscou en août 1992, où nous formions de concert une délégation ouest-européenne auprès des personnalités les plus représentatives du Front du Salut National. Ce front, grâce aux travaux de l’infatigable Alexandre DOUGUINE, animateur mystique et géopolitique de la revue Dyenn (Le Jour), a appris à connaître et à estimer bon nombre d’aspects de la pensée de Thiriart et les a diffusés dans les pays de l’ex-URSS et en Europe orientale.

Personnellement, j’ai l’intention, dans les lignes qui suivent, d’honorer la mémoire de Jean Thiriart en soulignant l’importance que sa pensée a eue et a toujours dans notre pays, l’Italie, dès les années 60 et 70 et dans le domaine de la géopolitique. En Italie, sa réputation repose essentiellement sur son livre, le seul qui ait véritablement donné une cohérence organique à sa pensée dans le domaine de la politique internationale: Un Empire de 400 millions d’hommes, l’Europe, édité par Giovanni Volpe en 1965, il y a près de trente ans.

Trois années seulement venaient de se passer depuis la fin de l’expérience française en Algérie. Cet événement dramatique fut la dernière grande mobilisation politique de la droite nationaliste, non seulement en terre de France, mais dans d’autres pays d’Europe, y compris en Italie. Les raisons profondes de la tragédie algérienne n’ont pas été comprises par les militants anti-gaullistes qui luttaient pour l’Algérie française. Ils n’ont pas compris quels étaient les enjeux géopolitiques de l’affaire et que les puissances victorieuses de la seconde guerre mondiale entendaient redistribuer les cartes à leur avantage, surtout les Etats-Unis.

Combien de ces militants de l’Algérie française ont-ils compris, à cette époque-là, quel était l’ENNEMI PRINCIPAL de la France et de l’Europe? Combien de ces hommes ont-ils compris intuitivement que, sur le plan historique, la perte de l’Algérie, précédée de la perte de l’Indochine, tout comme l’effondrement de tout le système vétéro-colonial européen, étaient des conséquences directes de la défaite militaire européenne de 1945? Ce fut en effet non seulement une défaite de l’Allemagne et de l’Italie, mais aussi de l’EUROPE ENTIERE, Grande-Bretagne et France comprises. Pas une seule colonie de l’ancien système colonial qui ne soit devenue à son tour sujette d’une forme nouvelle, plus moderne et plus subtile, d’impérialisme néo-colonialiste.

En méditant les événements de Suez (1956) et d’Algérie, les «nationaux-révolutionnaires», comme ils s’appelaient eux-mêmes, finirent par formuler diverses considérations et analyses sur les conséquences de ces deux affaires tragiques, considérations et analyses qui les différenciaient toujours davantage des «droites classiques» de notre après-guerre, animées par un anti-communisme viscéral et par le slogan de la défense de l’Occident, blanc et chrétien, contre l’assaut conjugué du communisme soviétique et des mouvements de libération nationaux des peuples de couleur du tiers monde. En un certain sens, le choc culturel et politique de l’Algérie peut être comparée à ce que fut, pour la gauche, l’ensemble des événements d’Indochine, avant et après 1975.

La vieille vision de la politique internationale était parfaitement intégrée à la stratégie mondiale, économique et géopolitique de la thalassocratie américaine qui, avec la guerre froide, avait réussi à recycler les diverses droites européennes, les fascistes comme les post-fascistes (ou du moins prétendues telles), en fonction de son projet géostratégique de domination mondiale. Le tout pour en arriver aujourd’hui au «Nouvel Ordre mondial», déjà partiellement avorté et qui semble être la caricature inversée et satanique de l’«Ordre Nouveau» eurocentré de mouture hitlérienne.

La Nouvelle Droite française, pour ne donner qu’un exemple, a commencé son cheminement au moment des événements d’Algérie pour entamer une longue marche de révision politique et idéologique, qui a abouti au voyage récent d’Alain de Benoist à Moscou, étape obligatoire pour tous les opposants révolutionnaires d’Europe au système mondialiste. La démarche a donc été faite par de Benoist, en dépit de ses rechutes et de ses reniements ultérieurs, appuyés par quelques-uns de ses plus minables affidés, lesquels n’ont évidemment pas encore compris pleinement la portée réelle de ces rencontres entre Européens de l’Ouest et Russes au niveau planétaire et préfèrent se perdre dans de stériles querelles de basse-cour, qui n’ont d’autres motivations que personnelles, relèvent de petites haines et de petits hargnes idiosyncratiques. Dans ce domaine comme tant d’autres, Thiriart avait déjà donné l’exemple, en opposant aux différences naturelles existant entre les hommes et les écoles de pensée l’intérêt suprême de la lutte contre l’impérialisme américain et le sionisme.

Pour revenir à l’Italie, nous devons nous rappeler la situation qui régnait en cette lointaine année 1965, quand a paru l’œuvre de Thiriart: les forces national-révolutionnaires, encore intégrées au Mouvement Social Italien (MSI), étaient alors victimes d’un PROVINCIALISME vétéro-fasciste, provincialisme cyniquement utilisé par les hiérarques politiques du MSI, complètement asservis à la stratégie des Etats-Unis et de l’OTAN (une ligne politique qui sera par la suite suivie avec fidélité, même au cours de la brève parenthèse de la gestion «rautiste», soi-disant inspirée des thèses national-révolutionnaires de Pino Rauti, gestion qui a appuyé l’intervention des troupes italiennes en Irak, aux côtés de l’US Army).

Les chefs de cette droite collaborationniste utilisaient les groupes révolutionnaires de la base, composés essentiellement de très jeunes gens, pour créer des assises militantes destinées, en ultime instance, à ramasser les voix nécessaires à envoyer au parlement des députés «entristes», devant servir d’appui aux gouvernements réactionnaires de centre-droit. Et tout cela, bien sûr, non dans l’intérêt de l’Italie ou de l’Europe, mais seulement dans celui de la puissance occupante, les Etats-Unis. Et une fois de plus, nous avons affaire à un petit nationalisme centralisateur et chauvin, utilisé au profit d’intérêts étrangers et cosmopolites!

C’était aussi le temps où l’extrême-droite était encore capable de mobiliser sur les places d’Italie des milliers de jeunes qui réclamaient que Trente et Trieste soient et restent italiennes, ou pour commémorer chaque année les événements de Hongrie de 1956! Mai 68 était encore loin, semblait s’annoncer à des années-lumière de distance! La droite italienne, dans ses prospections, ne voyait pas que cette «révolution» s’annonçait. Dans un tel contexte humain et politique, vétéro-nationaliste, provincial et, en pratique, philo-américain (qui débouchera ensuite dans la farce pseudo-golpiste de 1970, qui aura pour conséquence, au cours de toute la décennie, les tristement célèbres «années de plomb», avec leur cortège de crimes d’Etat), l’œuvre de Jean Thiriart fit pour un grand nombre de nationalistes l’effet d’une bombe; un choc électrique salutaire qui mit l’extrémisme nationaliste botté face à des problématiques qui, certes, n’étaient pas neuves, mais avaient été oubliées ou étaient tombées en désuétude. Aujourd’hui, nous ne pouvons donc pas ne pas tenir compte des effets politiques pratiques qui découlèrent de la pensée de Thiriart, même si ces effets, dans un premier temps, ont été fort modestes. Disons qu’à partir de la publication du livre de Thiriart, la thématique européenne est devenue petit à petit le patrimoine idéal de toute une sphère qui, dans les années suivantes, développera les thématiques anti-mondialistes actuelles.

Sans exégération, nous pouvons affirmer que c’est vers cette époque que se sont développés les thèmes de l’Europe-Nation, d’une lutte anti-impérialiste qui ne soit pas de «gauche», de l’alliance géostratégique avec les révolutionnaires du tiers monde. L’adoption de ce thème est d’autant plus étonnante et significative quand on sait que l’aventure de Jeune Europe a commencé par une lutte contre le FLN algérien. Thiriart avait, sur ce plan, changé complètement de camp, sans pour autant changer substantiellement de vision du monde, lui qui, quelques décennies auparavant, avait quitté les rangs de l’extrême-gauche belge pour adhérer à la collaboration avec le III° Reich germanique, sans pour autant perdre de vue le facteur URSS. Ces acrobaties politico-idéologiques lui ont valu les accusations d’«agent double», toujours aux ordres de Moscou!

En Italie, la section italienne de Jeune Europe (Giovane Europa) est rapidement mise sur pied. Malgré l’origine politique de la plupart des militants, Giovane Europa n’avait aucune filiation directe avec Giovane Italia, l’organisation étudiante du MSI (copiée à son tour de la Giovine Italia de Mazzini au 19° siècle); au contraire, Giovane Europa en était pratiquement l’antithèse, l’alternative contraire. Si bien qu’une fois l’expérience militante de «Giovane Europa» terminée, la plupart de ses militants se sont retrouvés dans le Movimento Politico Ordine Nuovo (MPON), opposé à la ligne politique prônant l’insertion parlementaire, comme le voulaient les partisans de Pino Rauti, retournés dans les rangs du MSI d’Almirante.

Si l’on tient compte du rôle UNIQUE qu’a joué la pensée de Julius Evola sur les plans culturel et idéologique en Italie, on ne doit pas oublier non plus que Jean Thiriart a impulsé, pour sa part, une tentative unique de rénovation des forces nationales dans ces années-là et dans les années qui allaient venir. Même un Giorgio Freda a reconnu lui-même ses dettes, sur le plan des idées, envers le penseur et le militant belge.

Autre aspect particulier et très important du livre Un Empire de 400 millions d’hommes, l’Europe, c’est d’avoir anticipé, de plusieurs décennies, une thématique fondamentale, revenue récemment dans le débat, notamment en Russie, grâce aux initiatives d’Alexandre Douguine et de la revue Dyenn, et en Italie, grâce aux revues ORION et AURORA: la GEOPOLITIQUE.

La première phrase du livre de Thiriart, dans la version italienne, est dédiée justement à cette science essentielle qui a pour objets les peuples et leurs gouvernements, science qui avait dû subir, dans notre après-guerre, un très long ostracisme, sous prétexte d’avoir été l’instrument de l’expansion nazie! Accusation pour le moins incongrue quand on sait qu’à Yalta les vainqueurs se sont partagés les dépouilles de l’Europe et du reste du monde sur base de considérations proprement géopolitiques et géostratégiques. Thiriart en était parfaitement conscient, en écrivant son premier chapitre, significativement intitulé «De Brest à Bucarest. Effaçons Yalta»: «Dans le contexte de la géo-politique et d’une civilisation commune, ainsi qu’il sera démontré plus loin, l’Europe unitaire et communautaire s’étend de Brest à Bucarest». En écrivant cette phrase, Thiriart posait des limites géographiques et idéales à son Europe, mais bientôt, ils dépassera ces limites, pour arriver à une conception unitaire du grand espace géopolitique qu’est l’EURASIE.

Une fois de plus, Thiriart a démontré qu’il était un anticipateur lucide de thèmes politiques qui ne mûrissent que très lentement chez ses lecteurs, du moins certains d’entre eux…

Mais il n’y a pas que cela!

Conjointement au grand idéal de l’Europe-Nation et à la redécouverte de la géopolitique, le lecteur est obligé de jeter un regard neuf sur les grands espaces de la planète. Ce fut un autre mérite de Thiriart d’avoir dépasser le traumatisme européen de l’ère de la décolonisation et d’avoir recherché, pour le nationalisme européen, une alliance stratégique mondiale avec les gouvernements du tiers monde, non asservis aux impérialismes, en particulier dans la zone arabe et islamique, en Afrique du Nord et au Moyen-Orient. Il est vrai que ceux qui découvrent la géopolitique, ne peuvent plus faire autrement que de voir les événements du monde sous une lumière nouvelle, prospective.

Et c’est dans un tel contexte, par exemple, qu’il faut comprendre les nombreux voyages de Thiriart en Egypte, en Roumanie, etc., de même que ses rencontres avec Chou en Lai et Ceaucescu ou avec les leaders palestiniens. Partout où il était possible de le faire, Thiriart cherchait à tisser un réseau d’informations et d’alliances planétaires dans une perspective anti-impérialiste. Par ailleurs, notons tout de même que la révolution cubaine, avec son originalité, exerçait de son côté sa propre influence.

Avec son style synthétique, presque télégraphique, Thiriart lui-même avait tracé dans ses textes les lignes essentielles de la politique extérieure de la future Europe unie:

«Les lignes directives de l’Europe unitaire:

avec l’Afrique: symbiose

avec l’Amérique latine: alliance

avec le monde arabe: amitié

avec les Etats-Unis: rapports basés sur l’égalité».

Mise à part l’utopie qu’était son espoir en des rapports égaux avec les Etats-Unis, on notera que sa vision géopolitique était parfaitement claire: il voulait de grands blocs continentaux et était très éloigné de toute vision étriquée d’une petite Europe «occidentale et atlantique» qui, comme celle d’aujourd’hui, n’est plus que l’appendice oriental de la thalassocratie yankee, ayant pour barycentre l’Océan Atlantique, réduit à la fonction de «lac intérieur» des Etats-Unis.

Bien sûr, aujourd’hui, après l’aventure politique de Thiriart, certaines de ces options géopolitiques, dans le milieu «national», pourraient sembler évidentes, voire banales, pour les uns, simplistes et intégrables pour d’autres. Mais mis à part le fait que tout cela n’est guère clair pour l’ensemble des «nationaux» (il suffit de penser à certaines résurgences racistes/biologistes et anti-islamiques d’un pseudo-néo-nazisme, utilisées et instrumentalisées par la propagande américaine et sioniste dans un but anti-européen), nous ne nous lasserons pas de répéter qu’il y a trente ans, cette option purement géopolitique de Thiriart, vierge de toutes connotations racistes, était très originale et courageuse, dans un monde bipolaire, opposant en apparence deux blocs idéologiques et militaires antagonistes, dans une perspective de conflictualité «horizontale» entre Est et Ouest et sous la menace de l’anéantissement nucléaire réciproque, surtout pour les «alliés» des deux puissances majeures en Europe.

Nous pouvons affirmer aujourd’hui que si bon nombre d’entre nous, en Italie, en sont arrivés progressivement à dépasser cette fausse vision dichotomique de la conflictualité planétaire, et cela bien avant l’effondrement de l’URSS et du bloc soviétique, c’est dû en bonne partie à la fascination qu’ont exercée les thèses que propageait Thiriart à l’époque, à ses intuitions géniales.

Effectivement, on peut parler de «génialité», en politique comme dans tous les autres domaines du savoir humain, quand on PRE-VOIT et que l’on EX-POSE (du latin exponere, poser en dehors, mettre en exergue ou en évidence) des faits ou des événements qui sont encore occultés, méconnus, peu clairs pour les autres et qui ne se dégagent de leur phase occulte que graduellement pour n’advenir au monde en pleine lumière que dans un futur plus ou moins lointain.

Sur ce chapitre, nous voulons simplement rappeler les assertions de Thiriart relatives à la dimension géopolitique du futur Etat européen, consignées dans le chapitre (10, §1) intitulé «Les dimensions de l’Etat européen. L’Europe de Brest à Vladivostock» (pp. 28 à 31 de l’éd. franç.): «L’Europe jouit d’une grande maturité historique, elle connaît désormais la vanité des croisades et des guerres de conquêtes vers l’Est. Après Charles XII, Bonaparte et Hitler, nous avons pu mesurer les risques de pareilles entreprises et leur prix. Si l’URSS veut conserver la Sibérie, elle doit faire la paix avec l’Europe — avec l’Europe de Brest à Bucarest, je le répète. L’URSS n’a pas et aura de moins en moins la force de conserver à la fois Varsovie et Budapest d’une part, Tchita et Khabarovsk d’autre part. Elle devra choisir ou risquer de tout perdre» (les caractères italiques sont dans le texte).

Plus loin: «Notre politique diffère de celle du général De Gaulle parce qu’il a commis ou commet trois erreurs:

– faire passer la frontière de l’Europe à Marseille et non à Alger;

– faire passer la frontière du bloc URSS/Europe sur l’Oural et non en Sibérie;

– enfin, vouloir traiter avec Moscou avant la libération de Bucarest» (p. 31).

A la lecture de ces deux brefs extraits, on ne peut plus dire que Jean Thiriart manquait de perspicacité et de prévoyance! Or ces phrases ont été écrites, répétons-le, à une époque où les militants sincèrement européistes, même les plus audacieux, parvenaient tout juste à concevoir une unité européenne de Brest à Bucarest, c’est-à-dire une Europe limitée à la plate-forme péninsulaire occidentale de l’Eurasie; pour Thiriart, elle ne représentait déjà plus qu’une étape, un tremplin de lancement, pour un projet plus vaste, celui de l’unité impériale continentale. Qu’on ne nous parle plus, dès lors, des droites nationalistes, y compris celles d’aujourd’hui, qui ne font que répéter à l’infini leur provincialisme, sous l’oeil bienveillant de leur patron américain.

Il y a trente ans déjà, Thiriart allait plus loin: il dénonçait toute l’absurdité géopolitique du projet gaulliste (De Gaulle étant un autre responsable direct de la défaite de l’Europe, au nom du chauvinisme vétéro-nationaliste de l’Hexagone) d’une Europe s’étendant de l’Atlantique à l’Oural, faisant sienne, du même coup, cette vision continentale absurde, propre aux petits professeurs de géographie, qui trace sur le papier des cartes une frontière imaginaire à hauteur des Monts Ourals, qui n’ont jamais arrêté personne, ni les Huns ni les Mongols ni les Russes.

L’Europe se défend sur les fleuves Amour et Oussouri; l’Eurasie, c’est-à-dire l’Europe plus la Russie, a un destin clairement dessiné par l’histoire et la géopolitique en Orient, en Sibérie, dans le Far East de la culture européenne, et ce destin l’oppose au West de la civilisation américaine du Bible and Business. Quant à l’histoire des rencontres et des confrontations entre les peuples, ce n’est rien d’autre que de la GEOPOLITIQUE EN ACTE, tout comme la géopolitique n’est rien d’autre que le destin historique des peuples, des nations, des ethnies et des empires, voire des religions, en PUISSANCE. En passant, nous devons ajouter que la conception de Jean Thiriart, pour autant qu’elle ait été encore liée aux modèles «nationalistes» influencés par la France révolutionnaire, était finalement plus «impériale» qu’impérialiste. Il a toujours refusé, jusqu’à la fin, l’hégémonie définitive d’un peuple sur tous les autres.

L’Eurasie de demain ne sera pas plus russe qu’elle ne sera mongole, turque, française ou germanique: car quand tous ces peuples ont voulu exercer seuls leur hégémonie, ils ont échoué. Echecs qui devraient nous avoir servi d’enseignement.

Qui pouvait, il y a trente ans, prévoir avec autant de précision la faiblesse intrinsèque de ce colosse militaro-industriel qu’était l’URSS, qui semblait à l’époque lancée à la conquête de toujours plus de nouveaux espaces, sur tous les continents, en âpre compétition avec les Etats-Unis qu’elle allait bientôt dépasser?

Avec le temps, finalement, tout cela s’est révélé un gigantesque bluff, un mirage historique probablement fabriqué de toutes pièces par les forces mondialistes de l’Occident pour maintenir les peuples dans la servitude, avec, à la clef, un chantage constant à la terreur. Tout cela pour manipuler les peuples et les nations de la Terre au bénéfice de l’intérêt stratégique suprême, unique, posé comme seul «vrai»: celui de la superpuissance planétaire que sont les Etats-Unis, base territoriale armée du projet mondialiste. En fin de compte, pour parler le langage de la géopolitique, c’est la «politique de l’anaconda» qui a prévalu, comme la définissait hier, avec les mêmes mots, le géopoliticien allemand Haushofer, et la définissent aujourd’hui les géopoliticiens russes, à la tête desquels officie le Colonel Morozov; les Américains et les mondialistes cherchent toujours à éloigner le pivot territorial de l’Eurasie de ses débouchés potentiels sur les mers chaudes, avant de grignoter petit à petit le territoire de la «tellurocratie» soviétique. Le point de départ de cette stratégie de grignotement: l’Afghanistan.

Jean Thiriart avait déjà mis en lumière, dans son livre de 1965, les raisons brutes et crues qui animaient la politique internationale. Ce n’est pas un hasard, d’ailleurs, que l’un de ses modèles était Machiavel, auteur du Prince.

Certes, nous diront les pessimistes, si le Thiriart analyste de la politique a su anticiper et prévoir, le Thiriart militant, organisateur et chef politique du premier modèle d’organisation transnationale européiste, a failli. Soit parce que la situation internationale d’alors n’était pas encore suffisamment mûre (ou pourrie), comme nous le constatons aujourd’hui, soit parce qu’il n’y a pas eu de «sanctuaire» de départ, comme Thiriart l’avait jugé indispensable. En effet, il a manqué à Jeune Europe un territoire libre, un Etat complètement étranger aux conditionnements imposés par les superpuissances, qui aurait pu servir de base, de refuge, de source d’approvisionnement pour les militants européens du futur. Un peu comme le fut le Piémont pour l’Italie.

Toutes les rencontres de Thiriart au niveau international visaient cet objectif. Toutes ont échoué. Réaliste, Thiriart a renoncé à l’engagement politique, au lieu de reprendre son discours et d’attendre que l’occasion se représente, et même une meilleure occasion, celle d’avoir un grand pays auquel il aurait pu proposer sa stratégie: la Russie. Le destin de ce citoyen belge de naissance mais Européen de vocation a été étrange: il a toujours été «hors du temps», surpris par les événements. Il les a toujours prévus mais a toujours été dépassé par eux.

Sa conception de la géopolitique eurasienne, sa vision qui désigne GLOBALEMENT les Etats-Unis comme l’ennemi OBJECTIF absolu, pourraient être perçues comme les indices d’un «visionarisme» illuminé, freiné seulement par un esprit rationnel cartésien, et rationalisé en ultime instance.

Son matérialisme historique et biologique, son nationalisme européen centralisateur et totalisant, sa fermeture à l’endroit de thématiques écologiques et animalistes, ses positions personnelles face aux spécificités ethno-culturelles, son hostilité de principe à tout pathos religieux, son ignorance de toute dimension métapolitique, son admiration pour le jacobinisme de la Révolution française, pierre d’achoppement pour bon nombre d’anti-mondialistes francophones: tout cela constituait des limites à sa pensée et des résidus de conceptions vétéro-matérialistes, progressistes et darwiniennes, de plus en plus éloignées des choix culturels, religieux et politiques contemporains, chez les hommes et les peuples engagés, dans toute l’Eurasie et dans le monde entier, dans la lutte contre le mondialisme. Les idées «rationalistes», que Thiriart faisait siennes, au contraire, ont été l’humus culturel et politique sur lequel le mondialisme a germé au cours des siècles passés. Ces aspects de la pensée de Thiriart ont révélé leurs limites, pendant les derniers mois de son existence, notamment lors des colloques et conversations de Moscou en août 1992. Son développement intellectuel semblait s’être définitivement arrêté à l’époque de l’historicisme linéaire et progressiste, avec sa mythologie d’un «avenir radieux pour l’humanité».

Une telle vision rationaliste ne lui permettait pas de comprendre des phénomènes aussi importants que le réveil islamique ou le nouveau «mysticisme» eurasiste russe, ainsi que leur projections politiques d’une teneur hautement révolutionnaire et anti-mondialiste. Et ne parlons même pas de l’impact des visions traditionalistes d’un Evola ou d’un Guénon. Thiriart véhiculait donc cet handicap «culturel», ce qui ne nous a pas empêché de nous retrouver à Moscou en août 1992, où nous avons cueilli au vol ses innombrables intuitions politiques.

Quelques-unes de ces intuitions ont fait qu’il s’est retrouvé aux côtés de jeunes militants européens pour aller rencontrer les protagonistes de l’avant-garde «eurasiste» du Front du Salut National russe, rassemblés autour de la revue Dyenn et du mouvement du même nom. Nous avons découvert, ainsi, dans la capitale de l’ex-empire soviétique qu’il avait été parfaitement reconnu comme un penseur d’avant-garde par les Russes. Les enseignements géopolitiques de Thiriart ont germé en Russie, c’est indubitable, alors qu’en Occident ils ont toujours été méconnus voire méprisés. Thiriart a eu un impact lointain, dans les immensités glacées de la Russie-Sibérie, dans le cœur du Vieux Monde, près du pivot central de la tellurocratie eurasiatique.

Est-ce une ironie de l’histoire des doctrines politiques, qui surgit au moment de leur actualisation pratique ou est-ce la ennième confirmation de cet adage antique, «nul n’est prophète en son pays»? Le long «exil intérieur» de Thiriart semblait donc terminé, il s’était retiré de la politique active pour toujours et avait surmonté ce retrait qui, au départ, avait été une grosse déception. Il nous inondait de documents écrits, de comptes rendus d’interventions orales. Le flot ne semblait jamais devoir s’arrêter! Comme s’il cherchait à rattraper le temps qu’il avait perdu dans un silence dédaigneux.

Mu par un enthousiasme juvénile, parfois excessif et agaçant, Thiriart se remettait à donner des leçons d’histoire et de géopolitique, de sciences exactes et de politologie, de droit et toutes autres disciplines imaginables, aux généraux et aux journalistes, aux parlementaires et aux écrivains, aux politiciens de l’ex-URSS et aux militants islamiques de la CEI, et aussi, bien sûr, à nous, les Italiens présents qui avions, en même temps que lui, connu des changements d’opinion, en apparence inattendus. Et tout cela s’est passé dans la Russie d’aujourd’hui, où tout est désormais possible et rien n’est certain (et qui pourra être, qui sait, la Russie d’hier, quand cet article paraîtra); nous avons en effet affaire à une Russie suspendue entre un passé glorieux et un futur ténébreux, mais grosse de potentialités inimaginables. C’est là-bas que Jean Thiriart a retrouvé une nouvelle jeunesse.

Dans une ville de Moscou qui survit au jour le jour entre l’apathie et la fébrilité, semblant attendre «quelque chose» dont on ne connaît encore ni le nom ni le visage; une ville où tout se passe, où tout peut se passer comme dans une dimension spéciale, entre ciel et terre. De la terre russe tout et le contraire de tout peut jaillir: le salut et l’extrême perdition, la renaissance ou la fin, une nouvelle puissance ou la désintégration totale d’un peuple qui fut impérial et est devenue, aujourd’hui, une plèbe misérable. Enfin, c’est là, et là seulement, que se joue le destin de tous les peuples européens et, en définitive, de la planète Terre. L’alternative est bien claire: ou nous aurons un nouvel empire eurasiatique qui nous guidera dans la lutte de libération de TOUS les peuples du globe ou nous assisterons au triomphe du mondialisme et de l’hégémonisme américain pour tout le prochain millénaire. C’est là-bas que l’écrivain et homme politique Jean Thiriart avait retrouvé l’ESPOIR de pouvoir mettre en pratique ses intuitions du passé, cette fois à une échelle bien plus vaste.

Dans cette terre de Russie, d’où peut surgir le messie armé des peuples d’Eurasie, nouvel avatar d’un cycle de civilisation ou Antéchrist des prophéties johanniques, nous aurons un espace pour toutes les alchimies et les expériences politiques, inconcevables si on les regarde avec des yeux d’Occidental. La Russie actuelle est un immense laboratoire, une terre politiquement vierge que l’on pourra féconder de greffons venus de loin, une terre vierge où la LIBERTE et la PUISSANCE vont se chercher pour s’accoupler et tenter de nouvelles synthèses: «Le chemin de la liberté passe par celui de la puissance», soulignait Thiriart dans son livre fondamental, «Il ne faudrait donc pas l’oublier, ou il faudrait l’apprendre à ceux qui l’ignorent. La liberté des faibles est un mythe vertuiste, une ingénuité à utilisation démagogique ou électorale. Les faibles n’ont jamais été libres et ne le seront jamais. Seule existe la liberté des forts. Celui qui veut être libre, doit se vouloir puissant. Celui qui veut être libre doit être capable d’arrêter d’autres libertés, car la liberté est envahissante et a tendance à empiéter sur celle des voisins faibles». Ou encore: «Il est criminel du point de vue de l’éducation politique de tolérer que les masses puissent être intoxiquées par des mensonges affaiblissants comme ceux qui consistent à “déclarer la paix” à ses voisins en s’imaginant ainsi pouvoir conserver sa liberté. Chacune de nos libertés a été acquise à la suite de combats répétés et sanglants et chacune d’entre elles ne sera maintenue que si nous pouvons faire étalage d’une force susceptible de décourager ceux qui voudraient nous en priver. Plus que d’autres, nous aimons certaines libertés et rejetons de nombreuses contraintes. Mais nous savons combien sont perpétuellement menacées ces libertés. Que ce soit en tant qu’individu, que ce soit en tant que nation, nous connaissons la source de la liberté et c’est la puissance. Si nous voulons conserver la première, nous devons cultiver la seconde. Elles sont inséparables» (p. 301-302).

Voilà une page qui, à elle seule, pourrait assurer à son auteur un poste dans une faculté d’histoire des sciences politiques. Quand tout semblait à nouveau possible et quand le jeu des grandes stratégies politiques revenait à l’avant-plan, sur un échiquier grand comme le monde, quand Thiriart venait à peine d’entrevoir la possibilité de donner vie à sa grande idée d’Unité, voilà qu’a surgi le dernier coup du destin: la mort.

En dépit de son inéluctabilité, elle est un événement qui nous surprend toujours, qui nous laisse avec un sentiment de regret et d’incomplétude. Dans le cas de Thiriart, le fait de la mort fait vagabonder l’esprit et nous imaginons tout ce que cet homme d’élite aurait encore pu nous apporter dans nos combats, tout ce qu’il aurait encore pu apprendre à ceux qui partagent notre cause, ne fût-ce que dans de simples échanges d’opinions, ne fût-ce qu’en formulant des propositions en matières culturelle et politique.

Enfin, il nous appartient de souligner la complétude de l’œuvre de Thiriart. Plus que tout autre, il avait complètement systématisé sa pensée politique, tout en restant toujours pleinement cohérent avec ses propres prémisses et en demeurant fidèle au style qu’il avait donné à sa vie.

Lui, moins que tout autre, on ne pourra pas lui faire dire post mortem autre chose qu’il n’ait réellement dite, ni adapter ses textes et ses thèses aux exigences politiques du moment. Il reste le fait, indubitable, que sans Jean Thiriart, nous n’aurions pas été ce que nous sommes devenus. En effet, nous sommes tous ses héritiers sur le plan des idées, que nous l’ayions connu personnellement ou que nous ne l’ayions connu qu’au travers de ses écrits. Nous avons tous été, à un moment ou à un autre de notre vie politique ou de notre quête idéologique, les débiteurs de ses analyses et de ses intuitions fulgurantes. Aujourd’hui, nous nous sentons tous un peu orphelins.

En cet instant, nous voulons nous rappeler d’un écrivain politique, d’un homme qui était tout simplement passionné, impétueux, d’une vitalité débordante, le visage toujours illuminé d’un sourire jeune et l’âme agitée par une passion dévorante, la même que celle qui brûle en nous, sans vaciller, sans la moindre incertitude ou le moindre fléchissement.

Le cas Jean Thiriart? C’est l’incarnation vivante, vitale, d’un homme d’élite qui porte son regard vers le lointain, qui voit de haut, au-delà des contingences du présent, où les masses restent prisonnières. J’ai voulu tracer le portrait d’un PROPHETE MILITANT.

Carlo Terraciano.

euro-synergies.hautetfort.com

Anuncios

Responder

Introduce tus datos o haz clic en un icono para iniciar sesión:

Logo de WordPress.com

Estás comentando usando tu cuenta de WordPress.com. Cerrar sesión / Cambiar )

Imagen de Twitter

Estás comentando usando tu cuenta de Twitter. Cerrar sesión / Cambiar )

Foto de Facebook

Estás comentando usando tu cuenta de Facebook. Cerrar sesión / Cambiar )

Google+ photo

Estás comentando usando tu cuenta de Google+. Cerrar sesión / Cambiar )

Conectando a %s